Une plateforme pourquoi faire ?

Prendre la plume pour exposer ses idées, exposer sa vision et son opinion, structurer son discours et sa pensée est le premier objectif de cette plateforme de publication en ligne réalisée essentiellement par des lycéens et s’adressant à l’ensemble des lecteurs qui chercheront à s’informer.

L’écriture journalistique permet comme toute forme de production écrite subjective une extériorisation des émotions. Or la presse présente deux principaux points forts dans l’éducation. Tout d’abord, elle est un moyen d’insertion dans la réalité sociale qui nous environne. Elle permet de prendre conscience des phénomènes sociaux et économiques et de s’ouvrir aux différentes problématiques auxquelles sont confrontés nos concitoyens.

Enfin, la presse permet de structurer sa pensée dans la mesure où l’écriture d’articles permet de se confronter à des notions d’objectivité et de subjectivité, à des points de vue divers (enquêtes sur le terrain auprès des acteurs et des personnes concernées par la question traitée) et différemment argumentés (état de la controverse sur une thématique) pour construire pas à pas sa propre opinion.

Pourquoi sur le web ?

Une publication scolaire qui resterait cantonnée à l’enceinte de l’établissement et ne toucherait qu’un public restreint – même si elle relevait également de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse – limiterait la réflexion sur l’exercice du droit d’expression qui s’accompagne de devoirs.

Cela oblige les auteurs à penser à l’impact de leurs écrits et au respect de l’autre lorsqu’on s’exprime publiquement. En outre, en vertu des règles régissant le droit d’auteur, on ne peut pas se permettre de prendre des images ou textes d’autres médias pour les réutiliser. Être soumis à la loi implique de travailler sur les notions d’éditorialisation, de publication, de responsabilité.

Enfin, la pratique de l’écriture journalistique implique une organisation du travail qui permette à la fois de construire les articles, de chercher les connaissances à diffuser pour les publier, elle aide ainsi à la formation civique parce qu’elle offre la possibilité d’intervenir dans la vie de la cité grâce aux outils numériques d’aujourd’hui.

Les auteurs deviennent artisans de leur propre éducation.

Illustration : Juan Gris, Nature morte aux aubergines, 1915. 88x311

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s